Nouvelles du secteur

UN CENT POUR LA GAMBIE


20/07/2020
UN CENT POUR LA GAMBIE cover photo

Les vacances qui changent une vie. C'est l'histoire de Danny Van Hout et de son épouse, Linda Van Der Aa. Lors de leurs premières vacances en Gambie en novembre 2013, ils sont immédiatement tombés sous le charme du pays. L'hospitalité de la population et la beauté des paysages les a poussés à y retourner l’année suivante.

Peu de temps après, ils sont entrés en contact avec des vacanciers néerlandais qui avaient déjà développé des projets d'aide dans ce beau pays. Cette rencontre déclenchera, un an plus tard, en août 2015, la création de leur association « Un cent pour la Gambie ». Danny nous en fait le récit :

« Notre principal objectif était d'aider les plus nécessiteux par le biais de projets alimentaires et d'un soutien médical. Nous avons financé nous-mêmes ces premiers projets à petite échelle pendant les deux premières années. »

Au fil du temps, leurs connaissances se sont développées et ils ont de mieux en mieux compris les besoins de la population gambienne. Cela était dû en grande partie au contact qu'ils avaient avec un local, Modou Faal, qui allait devenir leur personne de confiance sur place et qui l'est toujours aujourd'hui.

Grâce à sa connaissance du pays et au soutien qu'ils ont reçu de lui, ils ont pu accéder à une approche à plus grande échelle, plus importante que la distribution de colis de nourriture et de vêtements ou la prise en charge de petits problèmes médicaux. De plus vastes projets comme le

soutien aux hôpitaux locaux, la possibilité pour les enfants d'aller à l'école... ont rapidement suivi. Mais avec le temps, il leur est apparu clairement que dans ce pays africain qui leur est si cher, le besoin d'un travail à part entière et honnêtement rémunéré est très élevé.

« 70 % de la population gambienne n'a pas d'emploi ou de revenu fixe. Cela est principalement dû au fait qu'il n'y a pas d'industrie dans ce pays. La principale source de revenus est le tourisme, qui est saisonnier : de la mi-octobre à la mi-mai. Le reste de l'année, la population locale vit principalement de l'agriculture et de la pêche. »

Après avoir appris que la mère d'un de leurs enfants parrainés était diplômée en coiffure mais n'avait pas les moyens de créer sa propre entreprise, ils ont décidé de lancer le projet « Salon de coiffure » en mars de l'année dernière. Grâce à un appel lancé sur leur site web et les médias sociaux, ils ont pu collecter toutes sortes de fournitures de coiffure. Ce n'était certes pas suffisant, mais un généreux sponsor a proposé d’offrir 200 € pour ce projet. De cette somme, 80 € ont été consacrés aux trois premiers mois de loyer du magasin, 40 € à l'envoi du matériel collecté et les 80 € restants ont permis à la coiffeuse d'acheter des fournitures de coiffure locales. Très vite, une deuxième dame qui avait également suivi une formation en coiffure s'est portée candidate et celle-ci a pu compter sur le même soutien.

« Nous avons pu évaluer le premier projet lors de notre voyage en juillet 2019 et nous avons constaté que tout se déroule très bien. Par exemple, le magasin a été entièrement transformé en un véritable salon de coiffure local et l’entreprise est à même de prendre en charge les frais de location. De plus, cette femme isolée peut désormais vivre en toute indépendance et est en mesure de soutenir sa fille et sa mère. En novembre 2019, nous avons pu démarrer un deuxième projet, que nous évaluerons plus tard. Comme le dit le proverbe ‘Quand un homme a faim, mieux vaut lui apprendre à pêcher que de lui donner un poisson’.

C’est l’approche que nous appliquerons pour développer des projets pour les coiffeurs et les esthéticien(ne)s, mais aussi pour d'autres professions. »

Vous souhaitez plus d’informations sur cette œuvre caritative ?

Consultez la page Facebook www.facebook.com/gambia.afrika ou le site internet www.eencentvoorgambia.webnode.be.

 

QUE POUVEZ-VOUS FAIRE EN TANT QUE COIFFEUR POUR

CETTE OEUVRE CARITATIVE ?

1. Remplissez un ou plusieurs cartons à bananes avec votre matériel de coiffure superflu (en bon état !).

2. Envoyez vos nom et prénom, le nom de votre salon de coiffure et le nombre de cartons à bananes à guillaume.lefever@coiffure.org et inscrivez « Gambie » en objet.

3. À partir de septembre 2020, vous pourrez livrer les cartons dans les centres de Coach Belgium.

4. Avant de livrer les cartons, veuillez prendre rendez-vous avec les centres Coach (02 344 88 07) afin qu’ils soient au courant et puissent vous accueillir à une date et heure convenues ensemble.

5. Fin septembre, Coiffure.org viendra chercher les cartons et les livrera aux responsables du projet.

6. Coiffure.org ne payera les frais d'expédition que si vous avez envoyé un courriel.

 

Informations supplémentaires :

E-mail : guillaume.lefever@coiffure.org

Coach Anvers : Karel Geertstraat 2b, 2140 Borgerhout

Coach Bruxelles : Rue Marguerite Bervoets 136, 1190 Forest

Coach Roulers : Brugsesteenweg 363, 8800 Roulers

Coach Gosselies : Avenue des États-Unis 2, 6041 Gosselies

Coach Liège : Rue Pré du Cygne 2, 4020 Bressoux - Liège

&nsbp;