Nouvelles du secteur

Coiffure.org examine l’impact de la crise du coronavirus sur le secteur de la coiffure


16/07/2020
Coiffure.org examine l’impact de la crise du coronavirus sur le secteur de la coiffure cover photo

Chez Coiffure.org, l'organisation professionnelle des coiffeurs belges, tout le monde était sur le qui-vive ces derniers mois. En plus de défendre les intérêts des coiffeurs auprès des décideurs politiques et de développer des outils pour soutenir le secteur, l'association professionnelle a récemment mené une enquête. Comment les coiffeurs belges ont-ils vécu le bouleversement occasionné par ces mois de coronavirus ? Des mesures et du soutien à la réouverture, aux investissements nécessaires au redémarrage, en passant par les pertes subies et l'organisation du travail... voici un récit chiffré.

Le coronavirus et le monde de la coiffure : quelques résultats
Coiffure.org a récemment analysé l'impact de la crise du coronavirus sur le secteur de la coiffure en Belgique. Au total, un tiers des coiffeurs ont participé à cette enquête.

Une communication gouvernementale inadéquate
83 % des coiffeurs étaient favorables à la fermeture obligatoire des salons. La communication du gouvernement durant cette période, qui a d'abord provoqué beaucoup de confusion, n’a pas pu compter sur beaucoup d'enthousiasme : seuls 36 % se sont estimés bien informés.
En revanche, le travail de communication de Coiffure.org s'est beaucoup mieux déroulé selon les coiffeurs belges : près de 79 % d'entre eux se sont déclarés satisfaits des informations fournies par leur organisation professionnelle.

Le secteur essuie des pertes malgré les mesures d’aide
84 % des coiffeurs belges se sont estimés bien informés à propos des mesures d’aide, mais seulement 51 % estimaient que la compensation était suffisante.
En Flandre, la prime de nuisance (42 %) et le droit passerelle (près de 33 %) ont été les plus fréquemment utilisés. En Wallonie et à Bruxelles, l'indemnité compensatoire unique (près de 42 %), le droit passerelle (près de 39 %) et la réduction/le report/la dispense des cotisations de sécurité sociale (près de 17 %) étaient les plus populaires.
Le secteur a clairement souffert malgré les mesures gouvernementales : près de 60 % des coiffeurs déclarent une perte de chiffre d'affaires comprise entre 20 et 60 %, pour 18 %, elle atteint même 80 à 100 %, un peu plus de 7 % déclarent qu'ils n'ont pratiquement pas eu de perte de chiffre d'affaires.

Reprise prudente
Après des semaines d’attente, les coiffeurs ont été autorisés à rouvrir les portes de leur salon le 18 mai. Surprenant : alors que 83 % étaient d'accord avec la date de fermeture en mars, il y avait un peu plus de divergences ici : 63 % étaient d'accord avec la date de réouverture.
73 % ont approuvé les conditions de réouverture imposées (par ex. masques buccaux pour le coiffeur et le client, bonne ventilation, interdiction d'offrir des revues ou des boissons...).
Les outils corona développés par Coiffure.org en réponse à la réouverture ont également été appréciés : plus de 83 % en ont fait un usage intensif. Et 73 % ont indiqué que cela les avait aidé au redémarrage.
Sécurité avant tout : investir et organiser
Des parois en plexiglas aux masques buccaux et au gel désinfectant... les coiffeurs ont dû beaucoup investir pour redémarrer en toute sécurité. Près de 73 % ont investi jusqu'à 1000 euros, 16,5 % entre 1000 et 1500 euros, 10,79 % même plus de 1500 euros.
L'organisation dans le salon de coiffure a également demandé quelques ajustements. Ainsi, près de 26 % des coiffeurs-employeurs n'emploient pas encore tous leurs collaborateurs. 34 % des coiffeurs travaillent en équipe et 79 % proposent à nouveau tous les traitements.
Coiffure.org continue à œuvrer pour ses coiffeurs
Il est clair que le coronavirus, et son impact sur notre société, est toujours présent. C'est pourquoi Coiffure.org continue à œuvrer pour le secteur de la coiffure et la sécurité des coiffeurs et des clients.

De quelle manière ?
• Prolonger le chômage temporaire pour force majeure jusqu'à la fin de l'année.
• Insister auprès du gouvernement sur le fait que les mesures doivent être suivies par tous les coiffeurs.
• Créer un régime fiscal favorable pour les employeurs.
• Fournir des informations sectorielles sur mesure pour les coiffeurs.
• Fournir une protection permanente aux coiffeurs, aux collaborateurs et aux clients. Malgré la « lassitude face à la crise du coronavirus » de certains, la prévention et la protection restent absolument nécessaires pour la santé publique. Ensemble, nous continuerons à nous y employer !

&nsbp;